Vous êtes ici : Blog Velos et VTT » Technique » Quelques conseils pour piloter un vélo couché

Quelques conseils pour piloter un vélo couché

L’essayer c’est l’adopter, c’est la phrase qui peut bien résumer la pratique du vélo couché. De type plutôt marginal et avec une variété de design et de concepts différents, il est indispensable de bien connaître ce destrier si particulier, pour pouvoir piloter un vélo couché.

La différence repose sur la recherche de l’équilibre

En effet, il existe plusieurs types de vélo couché, appelé aussi vélo horizontal, vélorizontal, vélocar ou encore « recumbent bicycle » en anglais. La caractéristique commune est certainement la position presque couchée du véhiste, le pilote de vélo couché. Il a les jambes placées plutôt à l’horizontale.

Le vélocar peut être « couché » ou semi-couché » selon la position du pédalier plus en avant et plus haut ; du guidon situé en hauteur ou sous le siège ; du siège plus large et du nombre des roues (2, 3 ou 4). En fonction de ces configurations, dont la plupart sont réglables à volonté, le pilotage peut être aussi différent. Le véhiste débutant devra alors trouver par lui-même le bon réglage de son vélocar afin qu’il puisse trouver facilement son équilibre.

Débuter avec un vélo couché

Après avoir trouvé tous les bons réglages : assise bien calée, jambes peu fléchies, etc, le plus dur c’est de trouver la bonne technique pour l’enfourcher, l’étape est plus difficile en couché qu’en semi-couché. Ensuite, le mieux c’est d’avancer en pente douce, les pieds pendant pour trouver l’équilibre. Après, on peut essayer de pédaler en y allant doucement. La maîtrise de la direction, comme en vélo classique, est indispensable pour compenser l’équilibre et éviter les chutes.

Dans certains cas de virage, le contrebraquage est nécessaire pour maintenir la vitesse et rester sur la route. Dans tous les cas, l’essentiel c’est de toujours trouver la bonne position que ce soit en couché ou en semi-couché. Enfin, il faut bien s’exercer avant de pouvoir maîtriser le vélocar. Une fois la technique maitrisée, le vélo couché se révèle moins fatigant pour l’organisme, il permet d’effectuer avec moins d’effort de plus longues distances que le vélo classique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>